retour

Lisa Atwood se sentait en super forme. Elle s'était débrouillée pour passer tout son lundi après-midi au manège du Pin creux. Après sa leçon de saut, elle avait fait une promenade à cheval de deux heures. L'été était sa saison préférée parce qu'il lui permettait de profiter au maximum des chevaux et, aussi, de ses deux meilleures amies !

Stephanie Lake et Carole Hanson aimaient les chevaux autant qu'elle. Cette passion les

avait poussées à fonder leur club: le Grand Galop. Pour en faire partie, il fallait être un passionné d'équitation et s'entraider en cas de problème, quel qu'il soit. Quand une des filles avait des ennuis, les deux autres accouraient à son secours. Cette façon d'agir plaisait à Lisa, qui n'était pourtant pas abonnée aux tracas.

Même le fait de travailler dans l'écurie, après la reprise, n'entamait pas sa bonne humeur. Ici, tous les cavaliers devaient mettre la main à la pâte et s'occuper des animaux. C'était la méthode d'enseignement de Max Regnery, le propriétaire du Pin creux ; une bonne chose, selon Lisa. Récurer les stalles ne l' enthousiasmait pas, mais lorsqu'on aime les chevaux, on ne peut pas se contenter de les monter, on doit aussi les soigner. Et elle était contente de faire sa part du travail.

Mme Reg, la mère de Max, dirigeait le manège. Malgré sa manie de leur coller des corvées, tous les jeunes cavaliers l'adoraient. Si elle surprenait les trois filles en train de bavarder, elle s'ingéniait à leur trouver une occupation - ce qui ne les empêchait d'ailleurs pas de continuer à papoter -, préparer la nourriture des bêtes ou nettoyer les selles, par exemple. Cet après-midi, elle les avait chargées de remuer les balles de foin pour s'assurer qu'elles ne commençaient pas à moisir. Ce travail était important, le foin pourri risquant de faire du mal aux chevaux. Mais, en plein été, c'était plutôt pénible et on transpirait à grosses gouttes…

Soudain, un boucan infernal éclata au vestiaire. Il fut déclenché par un léger trottinement, accompagné d'un couinement, reconnaissable entre tous: une souris! Lancée comme une balle, la petite tache grise traversa la pièce, suivie d'un éclair noir et blanc. C'était Rocky, le chat du Pin creux. Veronica sauta sur le banc en hurlant. Rocky bondit vers la souris. Veronica hurla plus fort. La petite bête détala en direction de l'écurie, le chat à ses trousses.

Cela aurait pu se terminer là, mais la souris se faufila dans la stalle d'Étoile, une jument de course mise à la retraite à la suite d'une blessure.

Or, Étoile avait la terreur des chats. A l' instant où elle repéra Rocky en train d'escalader le portillon de sa stalle, elle commença à s'agiter et à hennir de peur.

En l'entendant, Carole réagit immédiatement. Un cheval effrayé peut faire n'importe quoi. Il fallait calmer Étoile le plus vite possible.

- Venez! lança-t-elle à ses amies.

Les trois filles se ruèrent vers l'écurie. Le chat avait acculé la souris dans un coin de la stalle. La petite bête était pétrifiée par la peur, et Rocky, certain d'avoir le dessus, ne bougeait plus. Étoile ruait, prête à se cabrer….